Genre et Islam : notre programme

Comment l’égalité hommes-femmes peut-elle être défendue par des femmes aux convictions et cultures différentes ? Comment l’islam est-il ou peut-il être interprété concernant la question de la femme ? Quels sont les préjugés et conflits de valeurs rencontrés d’une part et de l’autre, et comment y répondre ?
Autant de questions auxquelles nous souhaitons apporter un éclairage d’une part théorique, avec des interventions académiques sur le féminisme et l’islam, puis par des ateliers participatifs, permettant de découvrir des outils à utiliser pour lutter contre les préjugés dans des pratiques de terrain avec divers publics.

En 2016, le CFEP a organisé 6 rencontres sur le thème « Féminisme et l’Islam », qui ont donné lieu l’année suivante à la première édition d’un cycle complet de formation « Genre & Islam », pour relier aspects théoriques et pratiques professionnelles et quotidiennes. Au vu de son succès, le CFEP présente en 2018-2019 sa seconde édition.

La formation vise ainsi à répondre aux attentes de personnes, hommes ou femmes, intéressées ou confrontées aux questions liées à la mixité à la fois culturelle, de genre et de conviction à Bruxelles.

PROGRAMME DETAILLE :
(toutes les séances ont lieu le jeudi de 14h à 17h)

Volet Théorique


4 octobre : Abdessamad BELHAJ

- L’histoire de l’islam à travers ses grandes figures, et les courants contemporains

Ce cours trace l’histoire de l’islam comme religion et comme civilisation du VIIème au XIXème siècle, en mettant l’accent sur la dimension du genre dans les actions des hommes et des femmes qui ont marqué durablement les idées, les pratiques et les institutions majeures de l’islam contemporain.
La deuxième partie de ce cours porte sur « les différents courants musulmans contemporains », et notamment sur les critères qui nous permettent d’identifier les différents courants musulmans contemporains (Frères musulmans, salafisme, soufisme, etc.), en termes de discours et d’actions.

Abdessamad Belhaj est islamologue. Il est chercheur au CISMOC-UCL et chargé de cours invité à la faculté de théologie de l’Université Catholique de Louvain.

25 octobre : Hicham ABDELGAWAD
- L’islam et les religions monothéistes : place de la femme

Il sera question d’aborder la figure de la femme et du féminin sous l’angle des symboliques sociales dans lesquelles elles s’inscrivent. Concrètement, cela revient à poser la question des représentations, positives et négatives, qui sont associées à la femme, notamment par une approche comparée de plusieurs passages et récits issus de la tradition juive, chrétienne et musulmane. À l’issue de ce tour d’horizon, nous poserons la question de l’essor de la modernité et en quoi cette dernière a poussé les religions à se requestionner, notamment sur la question féminine. La question du voile sera aussi abordée.

Hicham Abdel Gawad et détenteur d’un Master en Sciences des Religions (sciences humaines appliquées aux religions), il est doctorant FRESH (FNRS) et formateur aux questions liées à l’islam dans l’enseignement. Il est également spécialiste du dialogue islamo-chrétien. Il a été professeur auprès de jeunes de 12 à 18 ans en discrimination positive durant sept ans. Récemment formé par Rachid Benzine à l’anthropologie historique, Hicham Abdel Gawad s’intéresse de plus en plus à une lecture anthropologique du Coran, basée sur l’imaginaire des Arabes du 7ème siècle. Il est l’auteur des livres « Musulmans et chrétiens : pistes pour un dialogue sans angélisme ni pessimisme » (Éd. La Boîte à Pandore), « Les questions que se posent les jeunes sur l’Islam » (Éd. La Boîte à Pandore), et co-auteur avec Laura Passoni du livre « Comment réagir face à une personne radicalisée ? » (Boîte à Pandore, à paraître le 21 septembre 2017) ainsi que co-rédacteur du rapport « Croyances et Croyances face aux défis sociétaux » de l’asbl Face2faith.

13 décembre : Hajar OULAD BEN TAIB
- Islam et transmission familiale : rôle des femmes et place des mères

Les femmes musulmanes sont, dans l’imaginaire collectif, perçues comme formant un ensemble homogène, confiné à un immobilisme socioculturel. Pourtant, au fil du temps, de plus en plus de femmes investissent l’espace public de l’islam. Loin des clichés sur la femme musulmane soumise, se considérant de moins en moins comme des invitées, mais se positionnant plutôt comme des citoyennes à part entière, elles ont à cœur de participer à la construction d’un « Islam de Belgique ». Ainsi, qui sont ces femmes et quelle est la place qui leur revient au sein de l’espace cultuel et spirituel ?

Diplômée en Histoire contemporaine à l’Université Libre de Bruxelles (2013) et en Socio-anthropologie à l’Université Catholique de Louvain-la-Neuve (2017), Hajar Oulad Ben Taib est actuellement assistante chargée d’enseignement à l’Université Saint-Louis-Bruxelles au sein des facultés de Droit et de Philosophie et Lettres. Ses recherches portent principalement sur l’histoire des mouvements de populations et l’histoire des femmes immigrées.

10 janvier : Felice DASSETTO
- Islam et générations dans l’histoire de l’immigration et de la présence en Belgique

L’objectif du cours est de présenter quelques facettes de la présence musulmane sous l’angle d’une sociologie historique dans laquelle convergent trois aspects. Celui des processus migratoires à travers lesquels, depuis la fin du XIX°s. et les années à venir opèrent un grand redéploiement des populations mondiales. Ils ont amené en Europe depuis les années 1960 des populations originaires de pays musulmans. Celui des dynamiques et du devenir de l’islam contemporain qui tente depuis le XIX° siècle et de manière renouvelée depuis les années 1970 de chercher sa réponse aux défis de la Modernité et qui, après la flambée radicale connue après 2010, s’interroge sur le chemin parcouru et son devenir. Et celui de la succession des générations musulmanes.
Le but est de prendre du recul pour mieux comprendre dans quels grands mouvements historiques se situe la réalité actuelle de l’islam et mieux comprendre les enjeux auxquels l’islam belge et les jeunes générations musulmanes croyantes, d’ancienne ou de récente présence, sont confrontées.

Professeur ordinaire émérite à l’UCL où il a enseigné la sociologie générale, l’histoire de la sociologie. Dès la fin des années 1970 il a ouvert un chantier de recherche portant sur les migrations et ensuite il a concentré ses travaux sur l’islam belge, européen ou et dans des pays d’Afrique occidentale. Il a fondé le Centre Interdisciplinaire d’études de l’Islam dans le Monde Contemporain (CISMOC) à l’UCL, qui est dirigé actuellement par la professeure Brigitte Maréchal et avec lequel il continue à collaborer. Il avait créé au début des années 1990 et enseigné un cours de socioanthropologie de l’islam contemporain à l’UCL.
Parmi ses publications récentes concernant l’islam : L’Iris et le Croissant. Bruxelles et l’islam au défi de la co-inclusion, PUL, 2011, Jihad u akbar. Essai de sociologie historique du jihadisme terroriste dans le sunnisme contemporain (1970-2018), PUL, 2018.
Il publie ou est interviewé dans la presse et porte une analyse sociologique sur la réalité contemporaine dans son blog : www.felicedassetto.eu.

31 janvier : Bruno DERBAIX
- Entre attentes de neutralité et enjeux de la diversité, regard sur les spécificités musulmanes bruxelloises

Entre écoles, associations et espace public, la séance propose une critique de la neutralité au regard des enjeux de la diversité. Avec un focus particulier sur les relations de genre et sur la spécificité musulmane à Bruxelles, elle propose des pistes de solution pour une politique interculturelle réussie. L’objectif général serait également que, au terme de ce parcours (jalonné également d’exemples pratiques), les participants ressortent avec quelques pistes de solution sous forme de principes et d’outils.

Auteur, enseignant, sociologue et formateur conférencier, Bruno Derbaix s’implique depuis plus de 15 ans pour une éducation plus activement citoyenne et ouverte aux diversités. Diplômé en sociologie et philosophie, il possède également un Certificat de complément en théologie et un Diplôme d’études spécialisées en religions comparées à l’UCL. Sa particularité en tant que formateur est d’allier des concepts théoriques et de nombreux exemples pratiques, ceux-ci étant essentiellement issus du monde de l’éducation (écoles, associations...) et du lien de ce monde avec d’autres acteurs comme la police, les hommes politiques ou encore les médias. Il est l’auteur du livre « Pour une école citoyenne. Vivre l’école pleinement », et de nombreux articles, notamment sur les thèmes de la neutralité et la citoyenneté. Il est également expert auprès du Conseil de l’Europe, de l’UNESCO et de la Fédération Wallonie-Bruxelles sur la question de l’extrémisme violent.

Volet Pédagogique

21 février : Betel MABILLE (asbl BePax)
- Femmes et musulmanes : Comprendre le concept d’intersectionnalité

Très souvent, les femmes musulmanes se voient instrumentalisées dans le débat politique. A travers cette formation nous voulons questionner les préjugés et stéréotypes à l’égard de cette population spécifique. Nous approfondirons, à travers des animations et supports théoriques, les mécanismes du racisme pour mieux comprendre comment ce dernier est à la base de certaines divisions au sein du mouvement pour l’égalité des hommes et des femmes. Nous explorerons le concept d’intersectionnalité pour aborder la nécessité de faire converger les combats anti-raciste et féministe. Nous mettrons également en lumière un mouvement du féminisme musulman.
BePax est une association d’éducation permanente qui réfléchit en réseau aux problématiques de paix et de justice pour amener à agir dans une dynamique de réconciliation. BePax est la section belge francophone de Pax Christi International. L’association sensibilise les citoyen-ne-s et les décideurs aux enjeux du racisme, des discriminations et de l’importation des conflits dans une perspective de paix, de justice et de réconciliation.

21 mars : Hélène DELCOURT
- Conférence gesticulée : « Voile et autres tissus de mensonges » + atelier

Dans ce monde qui se divise, juste une occasion d’entendre autre chose sur les Musulmans et le fameux voile. Et s’il était possible de l’envisager autrement ? Une invitation à faire un pas de côté, à prendre conscience de nos préjugés ainsi que de ceux véhiculés dans le discours ambiant. A partir de ses expériences de quartier et de voyages, elle défend le vivre ensemble, elle développe son point de vue et le partage avec vous : réflexions à trier et peut-être à emporter !
Hélène Delcourt est assistante sociale et socio-anthropologue. Elle donne cours de socio-anthropologie, de travail social communautaire (montage de projet socio-culturel participatif de quartier), de sociologie du travail et de sciences politiques et sociales, en Hautes écoles : Helha (futurs assistants sociaux) et HEPN (Conseillers en dévt durable et Coopérants internationaux).

4 avril : Amal TOUFIK (S.A.V.E. Belgium)
- Genre et radicalisation

Rien à Faire, Rien à Perdre (RAFRAP) est un outil pédagogique qui consiste au travers de capsules vidéo à mettre en scène le parcours de vie de jeunes filles et hommes repentis. Elles sont un support sur lequel vient se greffer une réflexion sur la radicalisation, sur la construction identitaire, etc.

S.A.V.E Belgium est une asbl qui lutte contre toutes formes de radicalisation violente.
Elle propose :
• un accompagnement spécifique aux personnes sous influence de groupes favorisant la
manipulation psychologique tels que certains réseaux malfaisants.
• La mise en place des procédures d’écoute, de formations, de suivis psychologiques et
juridiques.
• La participation à la mise en place de plans de prévention à tous les niveaux que ce soit local ou autres.
• L’organisation des conférences, des débats, des rencontres avec d’autres associations à consonance socio- culturelle.

Diplômée en psychologie clinique et victimologie de formation, je me suis fortement intéressée à la radicalisation depuis quelques années. Après la co-écriture d’un livre sur cette thématique, j’ai décidé de participer activement à la prévention et sensibilisation auprès d’un public élargi. Son travail au sein de l’association est de coordonner les différents projets, mettre en place des outils axés sur la problématique et d’animer des espaces de réflexion autour de la radicalisation.

25 avril : Amandine KECH (asbl Magma)
- Les jeunes et l’islam : gérer l’interculturalité et les conflits convictionnels

Cette formation se base sur la démarche interculturelle et sur la méthode des « chocs culturels » développées par la psychosociologue Margalit Cohen-Emerique. Suite à l’apport d’éléments théoriques sur les notions de « culture » et « choc culturel », la formation abordera les étapes de la démarche interculturelle, la grille d’analyse des chocs culturels ainsi que d’autres outils pour mettre en place le dialogue interculturel.

Créée en 2012, l’association Magma a pour mission de provoquer la rencontre entre jeunes, adolescents ou jeunes adultes, par des activités de journalisme citoyen. Magma propose également des animations et des formations pour tous les groupes de jeunes : classes, mouvements de jeunesse, maisons de jeunes, etc. mais également pour les travailleur-se-s du secteur jeunesse. Nos thèmes : lutter contre le racisme, journalisme citoyen, déconstruire le discours des théories du complot, démarche interculturelle, mise en place d’un comité de rédaction.

16 mai : Stéphanie LECESNE (CEJI)
- Outils pour le vivre-ensemble et le dialogue interconvictionnel

Outils pédagogiques pour une coexistence active et une cohabitation heureuse entre religions, cultures, genres et identités permettant d’échanger sereinement sur des problématiques sociétales qui touchent notre quotidien et les relations avec nos voisins.

Née en France en 1974, Stéphanie est diplômée de l’Université de Caen. Stéphanie y a achevé le master « Expert en projets européen au service du développement local » qui intégrait un stage au CEJI en 2004. Stéphanie a travaillé pendant une décennie dans le domaine de projet européen en France. Elle a développé plusieurs cours lié à l’apprentissage interculturel utilisant des techniques éducatives non formelles en Europe, Afrique du Nord et au Moyen-Orient. Stéphanie a rejoint l’équipe du CEJI en avril 2011 en tant que Coordinatrice de formation.

6 juin :
- Panel de transmission de bonnes pratiques : témoignages de projets et pistes d’action

Pour clore cette édition, nous accueillerons un panel de témoignages de projets favorisant le dialogue inter-convictionnel et/ou inter-genre, qui viendront présenter leur expérience en explicitant, selon eux, les bonnes pratiques ou éléments à prendre en compte pour que ce type de projets soient une réussite. Nous donnerons ainsi la parole aux initiatives de terrain pour terminer dans le concret, dans des domaines tels que le milieu scolaire, associatif, ou culturel, et des projets utilisant des outils différents. L’objectif est de proposer aux participants des conseils concrets pour imaginer des pistes d’action dans leurs propres champs d’actions et auprès de leurs propres publics.

- Ben HAMIDOU est comédien et travaille en milieu associatif avec des jeunes, ou encore des femmes musulmanes. Il utilise le théâtre et surtout l’humour comme outil pour favoriser le dialogue.
- Monia GANDIBLEUX est coordinatrice de l’asbl Les Ambassadeurs d’expression citoyenne. Elle monte des projets en milieu scolaire et associatif et sera accompagnée de 2 jeunes de l’asbl.
- Sabiha EL YOUSSFI est professeure de français. Elle a entre autres monté avec ses élèves le spectacle « les Arabesques du savoir » sur les richesses des cultures arabes, contre les préjugés.

DETAILS PRATIQUES :

L’inscription est encouragée pour le cycle complet, mais possible à la séance.
Toutes les séances ont lieu le jeudi de 14h à 17h (sauf le 4 octobre de 14h à 17h45).
Une pause est incluse, avec thé, café, jus et collation offerts.

Lieu : Maison Amazone (2e étage)
10 rue du Méridien
1210 St Josse-ten-Noode

A l’issue de chaque séance et en amont de la suivante, les participants seront sollicités pour faire parvenir non seulement leurs retours, mais aussi leurs éventuelles questions préalables sur la prochaine thématique abordée afin que les intervenants s’y préparent et y répondent au mieux.

Des capsules d’interviews des intervenants seront réalisées par Yoko Yusa et diffusées à l’issue de la formation.