J’existe

Vous souhaitez accueillir cette exposition ? vous désirez utiliser le livret pour discuter de la thématique des étrangers à Bruxelles avec votre public ?
N’hésitez pas de contacter Mme Hayat Belfaqir au : 02.229.38.52/ hbelfaqir.cfep@amazone.be

J’existe C’est le titre que les participantes aux ateliers de l’Egalité et la Citoyenneté du CFEP ont choisi pour la couverture de leur livret qui regroupe des photos réalisées par elles-mêmes dans le cadre d’un projet collectif du groupe.
Le choix de ce titre traduit la volonté de ces participantes d’exister mais autrement !
L’idée est née des discussions abordées lors de ces ateliers qui offrent aux participantes l’occasion de se retrouver, d’échanger leurs idées et leurs points de vue sur des thèmes qui touchent à l’épanouissement et la citoyenneté de la femme.
Les discussions au sein des ateliers s’inspirent souvent des événements qui dominent l’actualité d’où le choix des participantes de réaliser un projet autour de la thématique des « étrangers » à Bruxelles.
Nous nous sommes beaucoup attardées sur la notion de « l’étranger », ce même mot qui est remplacé selon les circonstances, par « migrant », « réfugié », « frontalier », « musulman », « rom » « barbare » « terroriste », « main-d’œuvre bon marché », etc… des synonymes qui couvrent des réalités bien différentes.
Mais qu’est-ce qu’un étranger ?
« Quelqu’un d’autre, mais tellement "autre" qu’on doute qu’il soit quelqu’un : quelqu’un d’anormal, pas déterminé par nos normes. N’importe qui, voire n’importe quoi : ce passant qui passe, cet air inconnu, ces vêtements étranges, ce comportement inhabituel... L’étranger vit avec d’autres repères, dans d’autres repaires : il a le tort d’être différent ! On lui reproche d’instaurer une séparation entre lui et nous, on le tient pour responsable de sa différence. La méprise est facile, le mépris en découle. » François HOUSSET
Pour réaliser ce projet, les participantes se sont pleinement investies dans l’atelier photo proposé par « Media Animation » notre partenaire dans le projet.
Plusieurs séances théoriques et pratiques ont précédé les sorties organisées pour prendre les photos qui pourraient illustrer leurs idées et leurs réflexions par rapport à cette thématique qui leur tient à cœur.
Elles ont sillonné les rues de Bruxelles pour prendre des photos et ont pris le temps de les critiquer et les légender, le tout mis dans un petit livret.
les associations actives dans le domaine de l’alphabétisation ou la citoyenneté pourraient utiliser le livre comme outil d’animation avec leurs participant-e-s ; c’est un support qui pourrait ouvrir la porte aux discussions, favoriser l’expression orale et sensibiliser à la problématique des étrangers à Bruxelles.
Par la suite toutes les images ont été développées et cadrées pour faire l’objet de plusieurs expositions.